014Le Champi du mois

Inonotus  Obliquus

Règne : Fungi

Embranchement : Basidiomycota

Classe : Agaricomycetes

Ordre : Hymenochaetales

Résumé :

Il est polypore quasi exclusif du bouleau possédant des propriétés médicinales, connues depuis l’antiquité. Il a fait l’objet d’une thèse de pharmacie à l’université Claude Bernard Lyon 1er soutenue le 30 juin 2016 par Jessica Eloy. Utilisé comme médicament immuno-modulateur et anti-cancéreux en République populaire de Chine, Japon et Sibérie, il est relégué en France au rang des compléments alimentaires, faute d’essais cliniques chez l’homme, et en attente d’une législation claire qui devrait voir le jour en 2017.

Identification :

Inonotus Obliquus se présente sous deux formes, toutes deux difficilement détachables du support, et correspondant à deux étapes de fructification.

  • Forme imparfaite ou anamorphe (asexuée) : le « chancre»  se développe pendant plusieurs années (jusqu’à 15 ans) à l’intérieur du bouleau. Il s’agit d’une masse stérile et dense de mycélium associé au tissu de l’arbre hypertrophié ; il constitue la réserve nutritive du champignon si les conditions environnementales sont difficiles. Puis apparaît à la surface une masse noire, le « chaga»  : aspect de charbon de bois brûlé, fissuré, plus ou moins nodulaire, 10-38 x 4-10 cm, pesant au maximum 5 kg.

Il est possible de trouver jusqu’à trois individus par arbre, et s’il est récolté, il se reconstitue en trois à dix ans, jusqu’à la mort de l’arbre (maximum vingt ans). La partie la plus brune, qui est accolée à l’arbre, renferme le mycélium. Le « sclérote»  produit les chlamydrospores.

  • forme parfaite fertile ou télémorphe (sexuée) : très rare, elle se développe une fois par an en été sur l’arbre-hôte mort. C’est l’organe de fructification ou basidiome qui se remarque sous l’écorse des arbres en voie de décomposition. La chair est subéreuse à l’état frais, dure et cassante à l’état sec.

L’hyménium est formé de couches de tubes orientées obliquement (d’où son nom) de 3-10 mm de longueur, les pores sont ronds ou allongés, 6-8 par mm.  Le basidiome produit des spores ellipsoïdes à ovoïdes, hyalines à jaune pâle (8-10×5-7.5) ; les basides sont en forme de courtes massues munies de 2 à 4 stérigmates. Cette forme assure la survie de l’espèce par brassage génétique. Odeur et saveur insignifiantes. Non toxique.

Habitat :

Inonotus obliquus est présent dans les régions subarctiques de l’hémisphère Nord (forêts boréales) et dans les zones forestières méridionales montagneuses. Il est rare en France.

Il s’observe sur le bois vivant de feuillus essentiellement du genre Betula, mais aussi sur Fagus, Alnus et très rarement sur Quercus, Populus ou Acer. Confusion possible : spécimens morts d’inonotus hispidus, plus fréquent en France, poussant sur Platanus, Quercus et Fraxinus.

Mode de vie :

Parasitisme obligatoire. IO décompose la cellulose et la lignine pour donner une pourriture blanche. Le sclérote permet au champignon de s’adapter à des conditions climatiques difficiles : survivre malgré le froid et se propager grâce aux chlamydospores.